Portrait


Odile Auxenfants

Odile Auxenfants commença la danse classique dès sa plus tendre enfance jusqu’à l’âge de 14 ans où elle découvre alors le monde de la Danse Sportive. La valeur n’attendant pas le nombre des années, c’est durant cette même quinzième année qu’elle est sacrée championne de France de Danse Sportive Junior à Strasbourg. Il faut dire que l’adolescente avait de qui tenir puisque ses parents ont créé, quelques années auparavant, la première association française de danse de loisirs et de compétition, Madame Colette Auxenfants, la maman, devenant quelques années plus tard Présidente de la Fédération Française de Danse Amateur.

Durant cinq années consécutives Odile remportera le titre de champion de France amateur en Danse latine et en danse standard. Parallèlement elle représentera la France lors des Championnats d’Europe et du Monde où elle se placera respectivement à la troisième place et à la cinquième place. C’est également à cette époque, en 1978, qu’elle obtient la septième place dans deux des plus prestigieuses compétitions mondiales amateur que sont « l’International » au Royal Albert Hall de Londres et le « British Amateur Latin » à Blackpool, ce qui constitue la meilleure performance Française de tous les temps.

Odile décide alors de consacrer sa vie à la danse et de devenir danseuse professionnelle. C’est à cette époque qu’elle devient successivement en 1979 à Spa en Belgique vainqueur de la coupe d’Europe professionnelle de Danse Latine battant les favoris de l’époque les Anglais Sammy et Shirley Stopford. En 1980, elle remporte la cinquième place de la coupe du Monde professionnelle à Utrecht aux Pays-Bas, et du championnat d’Europe à Dortmund. Invitée au Japon à « l’International de Tokyo », elle finira à la deuxième place de même qu’au très convoité «  British Rising Stars Professional Latin » de Blackpool.

Cette fulgurante ascension fut le résultat d’un entraînement intensif conjugué au choix judicieux d‘entraîneurs prestigieux :

  • Le premier d’entre eux est Peter Maxwell, Champion du Monde, qui lui permit d’acquérir une technique sans pareil au service de chorégraphies originales.
  • La deuxième Lorraine, Championne du Monde, considérée comme « la » danseuse du siècle, une pédagogue exceptionnelle d’origine Sud-africaine, qui possède un sens inné du rythme, sollicite constamment le plaisir de danser et développe l’originalité et l’expressivité.
  • Puis Walter Laird, Champion du Monde également, qui lui enseigne la rigueur, l’analyse et le caractère des différents types de danse.
  • C’est Doris Lavelle qui accomplit un travail de fond sur l’authenticité des danses et des techniques.
  • Et enfin Espen Salberg, Champion du Monde apportera la confiance et un étonnant travail d’expression et de finalité artistique.Odile-juges

Après cette période qui lui assura une consécration dans le domaine de la danse sportive elle envisage de se consacrer à l’enseignement dont elle fera son domaine d’excellence. Elle obtient ses diplômes de Maître de Danse aux plus hauts niveaux de l’International Danse Teacher Association avec la mention « Highly Commended » et de l’Académie des Maîtres de Danse de France.

Puis vient l’époque des rencontres avec le monde du show-business, du cinéma et de la danse classique. Au cinéma elle conseille pour des scènes de danse des acteurs tels que Christophe Mallavoy , Tcheky Kario , Margot Kidder , et Sophie Marceau ; participe à la mise en scène de séquences de Danse avec Philippe de Broca pour le film Louisiane,Yves Robert pour Nous Irons Tous au Paradis.

Odile-danseursLes danseurs étoiles la sollicitent également. Elle chorégraphiera une rumba pour Patrick Dupont et Noëlla Pontois, un tango argentin pour Jean Guizerix et Willfride Piollet. Elle entretient des relations professionnelles et amicales privilégiées avec les danseurs de l’Opéra de Paris Cyril Atanassoff, Claude De Vulpian, Eric Vu An, et les compagnies de danse contemporaines de Joseph Rusillo, Patricia Alzetta, et Carolyn Carlson. Un soir d’octobre 1990 elle danse sur la scène de l’Opéra Garnier à l’invitation de Jean Guizerix, son ami, parmi Rudolf Noureev, Jean Babilée, Daniel Larrieu et Patrick Dupont.

Odile Auxenfants se consacre dès lors à l’enseignement de son art au sein de l’A.D.O.A (Académie de Danse Odile Auxenfants) qu’elle crée à Courbevoie où elle débuta de nombreuses années auparavant.

Elle dispense avec passion et pédagogie des cours de danse du niveau débutant au niveau professionnel en SALSA, DANSE de SOCIETE et entraîne les compétiteurs en DANSE SPORTIVE pour les amener au plus haut niveau international au sein de ses très convoités Master Class et Atelier de Perfectionnement.